LE CHANTIER DU MOIS : Reprise en sous-œuvre des fondations d’un immeuble dans le centre-ville de Montpellier

Le chantier du mois est situé à Montpellier dans l’Hérault (34).

L’immeuble concerné est une résidence R+3 sur sous-sol au centre de la ville construite en 1957.

Les désordres qui l’affectent sont apparus en 2001 par suite de sécheresses successives.

Immeuble concerné dans le centre-ville de Montpellier (34)

Les fondations en moellons et Mâchefer, malgré leur épaisseur, ne peuvent pas assurer de par leur nature et compte tenu des efforts à reprendre, un ancrage efficace des têtes de micropieux.

Vue des fondations découvertes pendant les travaux
Vue des fondations découvertes pendant les travaux

Il a donc été réalisé des longrines de type L en béton armé et des micropieux excentrés de l’axe des murs.

Terrassement des longrines
Terrassement des longrines
Réalisation des micropieux dans les caves
Réalisation des micropieux dans les caves

Les mouvements engendrés par cette excentricité ont été repris par les dalles en béton armé construites en remplacement des dallages existants.

La liaison fondation-mur-dalle-longrine en BA constitue un ensemble monolithe très rigide qui résiste aux efforts antagonistes (effort horizontal et moment) dû à l’excentricité et à l’inclinaison des micropieux.

Coupe type de la liaison fondation-mur-dalle-longrine en BA
Coupe type de la liaison fondation-mur-dalle-longrine en BA

Au total ce sont 110 micropieux de 15 à 16m de profondeur et 140 ml de longrines qui ont été réalisés en sous-sol dans un espace confiné et d’accès difficile par les équipes de SOLTECHNIC.